Nous Suivre
Toutes les News

« Schadenfreude » (se réjouir du malheur des autres)

Vintage Illustration laughing man Cet impressionnant mot allemand n’a pas d’équivalent en français, ce qui ne veut pas dire que nous ne ressentons pas cette émotion un peu trouble tout aussi intensément que le reste de l’humanité. Eh oui, on n’est pas toujours « aimables » et il semblerait qu’on soit nés comme ça !

Il y a des études très sérieuses de l’université de Princeton* qui confirment que se réjouir du malheur des autres dans un contexte quotidien ou professionnel est une réaction biologiquement ancrée chez l’homme, dont l’origine sont l’envie et la jalousie. Rien que du charmant et gracieux ! Se réjouir du malheur des autres est donc aussi universellement condamné qu’universellement partagé. Qui n’a jamais ressenti une plaisante et intense satisfaction en apprenant les déboires d’une personne moyennement appréciée, nous jette la première pierre. Parce que clairement, il y en a qui le méritent !

Il y a le concubin allergique au mariage qui vous plante pour une autre après 22 ans de vie commune et deux enfants, et qui vous demande, avec une logique toute personnelle, de lui rembourser la cuisine IKEA dans laquelle vous viviez …depuis 15 ans.
Il y a le copain en difficulté à qui vous avez prêté une somme d’argent conséquente, qui change d’abord de trottoir puis son numéro de téléphone et dont vous n’aurez plus jamais de nouvelles…
Il y a l’amie de 30 ans qui, d’un jour à l’autre, ne veut plus vous voir – sans jamais vous en donner la raison.
Il y a la collègue plus jeune, manipulatrice, hypocrite et lèche-bottes qui vous passe devant et finira par être votre chef.
Et il y a la vieille copine célibataire que vous invitiez dans votre famille à Noël pour qu’elle ne soit pas seule et qui, après avoir épousé un millionnaire du web sur le tard, ne vous invitera plus chez elle.

Notre joie sera intensément jubilatoire et pas du tout charitable -même si on ne leur souhaite bien évidemment aucun mal – s’il pouvait leur arriver quelques moyens déboires… Ce serait quand-même vraiment BIEN FAIT POUR EUX !

*Cikara,Mina and Susan T. Fiske « Stereotypes and Schadenfreude:
Behavioral and Physiological Markers of Pleasure of Others Problems

Jubilant people

Voir la vidéo
Ma page préférée
Ça nous énerve !
Petits renvois d’ascenseur !
lire →
Ça nous intéresse !
La lecture en question
lire →