Nous Suivre
Toutes les News

Opération rajeunissement…

Visite chez mon dermato. Un bel homme d’à peine cinquante ans, un peu mondain, tout à fait charmant et légèrement flirteur. Même avec moi qui pourrait être sa mère. Je sais bien que c’est pour la bonne cause – son chiffre d’affaires – mais je le vois toujours avec plaisir. Cette fois c’est pour un contrôle cancer de la peau – il y a des « petits trucs bizarres » qui me poussent un peu partout. Et mon amie Marion vient de se faire enlever un mélanome – avec greffe de peau – qu’elle avait laissé pas mal trainer…

Heureusement il trouve que tout va bien. Mais comme il y a quelques petites excroissances anodines que je lui demande d’enlever ça et là, on a le temps de discuter un peu. « Ça fait un moment que je ne vous ai pas vu je crois ? » me fait-il. C’est lui qui, pendant quelques années, m’a fait du botox défroisseur autour des yeux, un peu d’acide hyaluronique dans les joues et un traitement laser pour des tâches de soleil – rien de très révolutionnaire. Mais entre 50 et 70 ans et travaillant beaucoup cela avait une utilité et m’avait peut-être fait gagner quelques petites années et – vu la discrimination anti-âge – peut-être aussi quelques petits contrats. Va savoir. Jusqu’à il y a trois ans, quand j’ai décidé, en mon âme et conscience, de « ne plus rien faire ». Assez fièrement, je lui fais donc part de ma décision de me laisser vieillir désormais « naturellement ».

Il me relance aussitôt : « Mais alors, et ce cou ? Il y aurait quand-même des choses à faire pour l’améliorer, vous savez. Il y a notamment un nouveau laser fractionné qui marche bien. Et j’ai un ami qui est un excellent chirurgien plastique – a votre âge on peut toujours améliorer les choses… votre silhouette par exemple… » Je me vexe  un peu… c’est qu’il parle de mes bourrelets, le bougre ! Après tout moi je les supporte assez bien mes bourrelets. Et l’homme de ma vie apparemment aussi.

C’est vrai que je n’éprouve plus trop le besoin de faire des efforts médicaux pour me rajeunir. J’estime qu’à partir d’un certain âge ces interventions sur une peau de moins en moins élastique ne rajeunissent plus vraiment. Ce serait plutôt le contraire puisqu’elles font parfois ressembler les femmes de mon âge à des momies un peu bouffies. Et surtout tout « se voit ». C’est vrai aussi que je n’ai plus du tout envie de souffrir ou de risquer des complications pour un résultat qui ne changera franchement pas grand-chose à ma vie. J’ai donc décidé qu’il valait mieux accepter les inconvénients de ce qui me restera à vieillir avec bonne humeur et humour.

Je le regarde au dessus de moi s’activer avec ses petits couteaux, mon dermato : il est tout fripé, avec des cernes en demi lune, des bas-joues et le cou au moins aussi plissé que le mien – mais franchement, ça n’enlève rien à son charme. Il n’a clairement pas touché lui-même à ce qu’il conseille tous les jours de la semaine à ses patient (e)s.

Je trouve ça vraiment très bien. Sauf que, réflexion faite, si ce qui est bon pour nous n’est pas bon pour lui, cela veut dire quoi exactement sur sa façon de mesurer les hommes et les femmes à l’aune de l’âge ?

« Honnêtement Docteur – pensez – vous vraiment que c’est encore la peine de faire quelque chose à mon âge ? » Je tire sur mon cou qui plisse, c’est vrai, considérablement. « Vous pourriez le faire pour vous, par souci esthétique et pour ne pas vous laisser aller. C’est évidemment un choix personnel mais j’ai plusieurs patientes qui ont pas loin de 90 ans et qui continuent à se faire traiter »  me fait-il. « Et alors, elles sont comment vos patientes ? » Il rigole. « Eh bien, elles font au grand maximum 85 ans ! » Voilà, très cher docteur, c’est tout vu !

Voir la vidéo
Peinture sur ride
Ça nous fait rire !
Temps de rire un peu – on vous a trouve ça
lire →
Ça nous énerve !
Une histoire vraie…
lire →
Ça nous fait rire !
Pensées décousues… d’insomniaque…
lire →