Nous Suivre
Toutes les News

Les sacs de notre vie

Le minuscule sac de l’enfance : en tissu bleu avec des coccinelles rouges, il renfermait une carte avec nom et adresse, écrits avec application. Attaché à un magnifique ballon rouge, il fut lâché avec la certitude qu’il allait produire, par retour du courrier, la réponse (en français !) d’une petite fille Eskimo. La très longue et fervente attente… dure toujours !

Le véritable sac à franges berbère, très à la mode dans les années 70, qui puait tellement la chèvre qu’il servait de protection anti-harassement dans le métro, mais faisait fâcheusement fuir même le plus passionné des amoureux.

Le sac à chaine, pas tout à fait Chanel, accroché au dos d’une chaise dans un restaurant de plage et dont il ne resta que la chaine à la fin du repas.

Le sac rempli à ras bord de billets de banque que refila nonchalamment à notre amie Carole son patron de l’époque au cours d’un voyage professionnel, juste avant de passer la douane. On était au temps du contrôle des changes et l’innocence financière de son assistante n’avait pas échappé à cet homme. C’était au bon vieux temps où le sourire d’une belle nana suffisait à passer les contrôles de douane sans encombre !

Le sac de voyage d’Elsa, posé à terre dans un cinéma. Ayant décidé avec une amie d’aller voir Laurence d’Arabie (3 heures 48 minutes) avant de prendre un vol de nuit pour partir en vacances, donc avec pas mal d’argent, papiers et visa, le sac leur fut subtilisé, en quelque sorte, sous leurs fesses. Laurence d’Arabie – film magnifique et vraiment très prenant !

La pochette très chic en cuir, cadeau généreux d’un petit ami sadique au moment du premier voyage long-courrier de Marion. Pour calmer sa peur en avion il avait amoureusement rempli la pochette d’une dizaine de photos de crashs d’avion. Il trouvait ça très drôle – pas elle. Leur histoire s’arrêta à la descente de l’avion. Elle décida de garder la pochette.

Voir la vidéo
IT-BAG
Ça nous énerve !
Service, service !
lire →
Ça nous intéresse !
Conseils anti-vol bagages d’une parano
lire →