Nous Suivre
Toutes les News

« Le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver »

Après des mois de manifs plus ou moins exacerbées et à n’entendre parler que de « la retraite » – avec de très bonnes raisons pour beaucoup de professions – on va sans doute s’attirer vos foudres en le rappelant : bon nombre d’études universitaires semblent prouver que travailler quelques années de plus serait plutôt bon pour la santé mentale et physique des personnes dans la jeune soixantaine ! À condition d’être en bonne santé, bien évidemment. Ce qui est heureusement de plus en plus le cas des nouvelles générations de seniors… Et de pouvoir adapter ces horaires. On a épluché quelques-unes de ces études et voilà ce que ça donne :

Nous, les baby-boomers en bonne santé, nous travaillons déjà très souvent jusqu’à 65 ans et parfois bien au delà. C’est surtout valable pour les cadres supérieurs et professions libérales et c’est particulièrement vrai pour ceux qui aiment leur travail et qui s’y sentent utiles. C’est bien évidemment beaucoup moins vrai pour le travail manuel lourd en usine, dans le bâtiment, etc. C’est aussi – plus rarement – déjà le cas pour les cadres en général et depuis peu pour certains employés (de grosses boîtes) qui peuvent depuis quelques temps essayer de trouver un arrangement avec leur employeur pour continuer à mi-temps ou pour faire du conseil quelques jours par semaine après avoir pris leur retraite.

C’est ce qu’a finalement fait Christelle, commerciale dans la parfumerie, qui était pourtant contente de la prendre, cette retraite. Pendant huit mois elle s’est sentie un peu en vacances entre voyages culturels, petits enfants, expos, ciné, randonnées avec ses amis – que de l’agréable. Mais à sa grande surprise elle s’est rapidement rendue compte que cela ne la satisfaisait pas vraiment : son réseau professionnel, ses collègues, les interactions avec les clients lui manquaient trop. « Quand je travaillais je me sentais utile et appréciée pour mon expérience et j’aimais beaucoup former les jeunes… ».

Alors quand son ancienne boîte lui a proposé un job de conseil en formation trois jours par semaine elle n’a pas hésité une minute. Et à 68 ans elle en est toujours ravie… « Ça m’oblige à trouver des solutions à toutes sortes de problèmes, de rester agile intellectuellement, de soigner mon apparence, et de rester au courant de ce qui se passe dans le monde du travail. En plus être entourée de jeunes me fait un bien fou – j’aime transmettre. Je continuerai tant qu’on voudra de moi et que ma santé le permet – qui à priori est excellente ! »

Et qui de nous n’a pas connu un(e) collègue de travail ou amie qui, trop contente de prendre sa retraite, a déchanté plus tard quand elle s’est finalement rendue compte (ou pas !) de l’effet traître de « ce qui ne sert pas, se perd » et de cette étrange déconnexion avec la vie active qui s’installait irrémédiablement. C’est elle aussi qu’on a vu déprimer puis décliner beaucoup trop rapidement…

Il ne devrait évidemment pas être question de forcer les seniors à travailler s’ils sont contents de prendre leur retraite, si leur travail leur pesait ou si les relations y étaient difficiles, mais plutôt de leur donner la possibilité de continuer s’ils s’en sentent capables et en ont l’envie. Ou le besoin financier – tout le monde n’a pas une retraite qui permet de continuer de vivre à peu près normalement, pendant encore vingt ou trente ans. Si le travail est apprécié, travailler plus longtemps donne une motivation mais représente surtout cet environnement social qui tient lieu de communauté en procurant des interactions constantes avec collègues, interlocuteurs professionnels, chefs, subalternes ou clients. Une femme dans la soixantaine qui continue à travailler avec un certain plaisir soignera sans doute aussi mieux sa santé et ce sera tout benef pour plus tard !

Certaines études ont trouvé que même les métiers plus physiques, s’ils sont appréciés et donnent une vraie satisfaction, ont désormais tendance à rentrer dans cette logique. D’après certaines de ces études les effets délétères d’une retraite définitive dans la « jeune » soixantaine n’apparaitront pas immédiatement mais avec un effet retard. Les effets d’un décrochage complet avec la vie active ne semblent statistiquement pas beaucoup différer entre hommes et femmes ni entre personnes d’éducation différente. Alors pour des seniors en bonne santé qui ont envie de travailler quelques années de plus (et il y en a !), le travail serait donc, sans l’ironie qu’y mettait notre cher Henri, vraiment notre santé mentale et physique ? Henri – on t’adore mais si tu datais un petit peu ?

N’oubliez pas de jeter un coup d’oeil sur notre page facebook, on continue d’y poster des trucs marrants plusieurs fois par semaine.

Ça nous intéresse !
« Le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver »
lire →
Les belles-mères, c’est pas toujours simple !
lire →
Ça nous énerve !
Bio c’est (pas toujours) bon…
lire →
Ça nous fait rire !
Il y a des choses qui sont bien pire que la mort – vous avez déjà passé une soirée avec un agent d’assurance ?
lire →
Ça nous fait rire !
Nos passions passées
lire →
Ça nous intéresse !
Un peu de franchise…
lire →
Ça nous fait rire !
Fatigue de cuisine !
lire →
Ça nous intéresse !
Enquiquineuse
lire →
Ça nous fait rire !
Journal de couple
lire →
Ça nous intéresse !
Le monde en « seniors »
lire →
Ça nous intéresse !
Un seul conseil pour bien vieillir
lire →
Ça nous énerve !
Écologie ???
lire →
Ça nous fait rire !
Ils ont tout compris …
lire →
Ça nous intéresse !
Comment choisir la queue la plus rapide du supermarché…
lire →
Ça nous énerve !
Plaidoyer pour un sapin
lire →
Ça nous intéresse !
Nos amitiés nous sont utiles !
lire →