Nous Suivre
Toutes les News

Génération silence

Pour notre site des Nanas Séniors nous avons travaillé pendant quelque temps avec de jeunes « freelancers » de la génération des « millennials », nées approximativement entre 1980 et 1994. Nous ne nous parlions pratiquement jamais. Nous communiquions uniquement par mail et par SMS. Ce n’est pas nous qui avions imposé cette façon de faire. C’est eux et elle leur était naturelle. On a du constater au fil du temps qu’ils avaient aussi tendance à soigneusement éviter les réunions de travail. Et qu’ils n’appelaient jamais personne – ni ne répondaient au téléphone.

Il faut l’avouer, on a eu un peu de mal à se faire à cette façon de travailler puisque le contact direct, les sourires, les mots, les regards, bref « l’humain » manquaient totalement à ces communications réduites à leur expression la plus simple : tu fais ceci, je fais cela – ok ? C’est vrai – on gagne sans doute du temps – quoique… on en perd aussi pas mal en explications qu’il serait bien plus rapide de donner de vive voix. Cette façon de procéder réduit la relation humaine à moins que sa plus simple expression. Et elle crée une sorte de désaffection des deux cotés de l’ordinateur (ou du téléphone). C’était clairement cela qu’ils recherchaient.

Mon petit fils de 15 ans ne répond plus jamais a mes coups de fils non plus… si j’ai besoin d’une réponse je lui envoie un SMS. Ses réponses sont généralement brefs et définitivement dénuées de toute « personnalité ». Sait-il encore, cet enfant, que les échanges, les sentiments, les liens avec les autres se créent par la présence et la parole – et que les créer autrement est impossible ? Cette communication plus pauvre que pauvre – qui se résume à des émoticones ou à des petites phrase toutes faites avec toute la stérilité de ces formules, enlève les nuances et élimine surtout totalement l’intuition dont nous nous servons dans toute relation humaine. Et ne laisse aucune place pour le ton de la voix, la nuance, l’impression, le trouble, l’enthousiasme, les silences, le jugement, l’esprit, la gentillesse ou la chaleur humaine…

Cela fait un moment que je m’interroge sur la raison pour laquelle la génération des « millennials » – et celles qui suivent, élevées entre ordinateur, smart phone et internet, refusent de téléphoner. Enquête faite, il paraît que cela les stresse et que le contact direct leur semble parfaitement inutile ! Après la mort de la lettre par l’e-mail et les SMS ce serait donc la mort annoncée du coup de fil – suivie peut-être de la communication verbale ?

En tout cas ils semblent éviter comme la peste les complications des relations humaines, et particulièrement la discussion : la  possibilité que quelqu’un puisse être d’un avis différent du leur les tétanise. Est-ce parce que cela les obligerait d’avoir des arguments pour défendre leur opinion – et surtout d’en avoir une, d’opinion ?

Si vous vous demandez quels sont les vraies raisons pour lesquelles les « millennials » et les générations suivantes évitent les appels téléphoniques, voici quelques réponses – assez effrayantes – à une enquête américaine de 2018 qui leur a posé justement cette question-là :

1. Pour gagner du temps, être plus efficace.. (C’est un peu moins crédible si on lit la suite…)
2. Pour ne pas perdre du temps avec une personne qui geint ou qui parle de ses problèmes…
3. Pour éviter de s’engager dans une action…
4. Pour éviter de parler à quelqu’un qui veut obtenir quelque chose…
5. Pour éviter la confrontation verbale…

Charmant, non ? En jargon militaire ça s’appelle le « désengagement ». On a l’impression qu’il y a toute une génération qui est en train de se « désengager » pour devenir des sortes de robots efficaces dont les relations avec les autres humains se résumeront à de brefs messages. Relations qui SURTOUT ne les engageront à rien ! Un appel représente une irruption inacceptable dans leur vie alors qu’un SMS n’a pas besoin d’une réponse immédiate et ne dérange pas et on peut en envoyer de n’importe ou et n’importe quand. C’est court, précis, efficace et on ne perd pas son temps en formules de politesse et bavardages. Tout cela est vrai, évidemment. Mais de là à éviter de se servir du téléphone ???

Il y a sans aucun doute à la base un problème d’éducation, d’appauvrissement de l’expression orale, un manque peut-être aussi de savoir construire un raisonnement ? Mais il n’y a pas que cela. Il y a surtout le fait que l’évitement est bien plus facile que de s’exposer aux critiques, de rencontrer des opinions différentes, de devoir affronter des vraies personnes avec leurs défauts, leurs convictions et leurs idées. Les relations humaines sont compliquées, c’est vrai – mieux vaut donc les éviter, puisque ça fait perdre du temps et risque parfois de mettre mal à l’aise. On se demande quel seront les relations que ces générations vont pouvoir créer avec leurs enfants, leurs amoureux, leur familles et leurs amis. Est-ce que l’amitié vraie entre deux personnes pourra survivre dans ces conditions de… « sécheresse » extrême ?

Le phénomène existe dans les pays développés du monde entier. Mais la France est le pays par excellence de la discussion, de la passion de la langue, des conversations à ne plus finir autour d’un zinc ou autour de la table. Les Français, ces amoureux de la langue, s’arrêteront-ils de parler, d’argumenter, d’apprécier ces plaisirs-là ? On a du mal à l’imaginer mais si rien ne change il nous semble qu’on y va tout droit.

Ça me fait penser qu’il faut que j’envoie un message à mon petit-fils – oui, on communique exclusivement par SMS. « Ça va mon chéri, t’as pas trop chaud ? » « Bah, ça va – et toi ? » « Très bien  – on se voit vendredi alors ? » « Bah non Mamie, j’ai foot finalement – je préfère la semaine prochaine, ça t’embête pas ? » « Mais non, ça ne m’embête pas  – bisou, bon foot alors…»

Bah oui, mais quelle efficacité !

Voir la vidéo
L’Allure jeune