Nous Suivre
Toutes les News

Enfin adulte…

Ce matin-là Claire a eu un véritable choc : elle ne s’est pas du tout reconnue dans la glace. C’est moi, cette dame qui ressemble à un Shar pei ? Eh bien oui, c’était elle. Claire a obtenu ce résultat assez décevant malgré des soins constants, quotidiens et pas donnés depuis ….ses 16 ans. Et malgré toutes les promesses de toutes ces crèmes miracles dont elle s’est religieusement enduite toute sa vie et pour lesquelles elle a gaiement dépensé des fortunes, Claire se trouve une tête plissée de Shar pei fatigué.

A vrai dire elle a fait aussi, en gros depuis l’anniversaire de ses cinquante cinq ans, des efforts constants et laborieux pour accepter de vieillir avec grâce. Ce qui lui a pris un peu de temps. Comme elle trouvait qu’elle vieillissait bien plus vite que ses amies et pour parer à cette incroyable injustice, Claire a pendant quelques années « fait ce qu’il faut » : un petit lift par ci, un peu de Botox par là, un peu de « filler » de temps en temps… du repassage soigneux, quoi. C’était aussi sa réponse perso à une certaine pression puisque c’est désormais considéré comme une sorte d’affront si une femme « d’un certain âge » et qui travaille, ne fait pas le nécessaire pour « se maintenir ». En clair on est supposé de faire ce qu’il faut pour effacer les traces de notre âge. Encore une de ces inégalités hommes-femmes qui mettent Claire hors d’elle ! Et nous donc…

Ses divers « signes de l’âge » ont d’ailleurs assez rapidement eu tendance à réapparaître, un peu comme des taupes dans une pelouse : plus bas, plus haut ou en parallèle à ce qui avait été traité. Et son cou, eh bien son cou, les amies, quelle calamité à partir de la soixantaine. Il faut croire que les appareils qui nous congèlent – ou qui nous crament, le choix est vaste – n’ont pas pu empêcher un effondrement, n’en déplaise au médecin de Claire et à son optimisme forcené. Pour finir ce sont les visages entièrement repassés, arrondis et gonflés de certaines comédiennes de plus de 60 ans – allant désormais joyeusement sur les 35 – des fiancées de Frankenstein, qui ont fait le reste : ils lui ont fait peur. Et un peu pitié. Alors qu’en « commune des mortelles » Claire n’aime pas trop se voir vieillir mais bon, après tout c’est la vie… elle devine chez ces femmes une peur panique et une telle souffrance devant le vieillissement que, tout bien considéré, Claire a décidé d’être enfin adulte – il était temps! – et de laisser désormais faire, non plus son médecin, mais la nature. D’accepter donc – avec une certaine désinvolture (feinte) – de laisser tomber, se creuser et se plisser, son visage et son corps qui fripe et plisse, lui aussi. Elle avoue avoir ressenti, surprise, un grand soulagement : elle va enfin pouvoir « faire son âge » ! Nous on la trouve admirable. Pas vous?

Claire fait aussi de temps en temps du bénévolat pour une organisation qui délivre des repas à des personnes très âgées et sa petite fille de 5 ans adore l’accompagner parfois en fin d’après-midi. Elle est surtout intriguée par les divers appareillages de ces personnes, cannes, déambulateurs, etc. Un jour Claire la trouve plantée, fascinée, devant un dentier trempant dans un verre d’eau. Tandis qu’elle se prépare pour le barrage de questions qui va immanquablement lui tomber dessus, la petite se tourne vers elle et chuchote, épatée : Ah là là – la petite souris ne va jamais croire ça !

Voir la vidéo
Amitié sans pitié